Si les questions liées à l‘impact de l’habitation sur l’environnement vous préoccupent et que vous souhaitez apporter votre contribution active à la résolution de ce problème, pensez à vivre dans un habitat groupé. L’idée peut paraître saugrenue à premier abord, découvrez dans cet article plus concrètement de quoi il s’agit, ainsi que les avantages qu’il oppose à l’habitat traditionnel individuel. Si vous êtes tentés par l’expérience, nous vous expliquons comment entreprendre une démarche.

Un habitat groupé, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, un habitat groupé est un type d’un habitat collectif. Il naît d’un projet commun, mené à bien par un groupe de personnes qui ont décidé de se réunir pour concevoir et financer leur logement. Ici, il n’est pas question de séparer les familles en les cloisonnant entre elles, l’idée étant précisément l’inverse. Ce concept n’est pas si récent que ça ni un phénomène de mode passager : il est né dans les années 1970 en France.

Habitat groupé - mixité

Habitat groupé – mixité

Les raisons qui poussent certaines personnes à adopter ce mode de vie peuvent avoir plusieurs origines :

  • Une prise de conscience de l’empreinte écologique considérable provoquée par les constructions traditionnelles destinées à l’habitation. Entre l’utilisation des ressources naturelles, l’occupation spatiale, l’incorporation de grandes quantités de matériaux non recyclables ou réutilisables et l’émission de gaz à effet de serre, l’industrie de la construction est l’une des plus polluantes.
  • L’envie de renouer des liens sociaux avec ses voisins et retrouver ainsi une certaine « vie de quartier » qui s’est perdue dans les grandes métropoles.
  • Privilégier la mixité en côtoyant de plus près des personnes de toutes les ethnies, de toutes les tranches d’âge et de toutes les classes sociales, afin de limiter les exclusions et pour s’enrichir mutuellement par le partage d’expériences communes.
Lire aussi :  Greta THUNBERG, la nouvelle icône de la lutte pour le climat

En somme, les personnes qui adhèrent à un habitat groupé ont une préoccupation en même temps écologique et sociale.

habitat groupé - être présent pour l'autre

habitat groupé – être présent pour l’autre

Les principales différences face à l’habitat classique

Même si la construction pavillonnaire se défend depuis quelques années d’avoir une préoccupation plus écologique et sociale, avec notamment l’apparition des constructions modulaires qui utilisent davantage de matières premières naturelles, comme le bois, et qui sont de réalisation plus rapide et de coût plus supportable, il n’en demeure pas moins que la plupart des questions fondamentales ne sont pas résolues :

  • La performance énergétique est mauvaise.
  • Le coût total d’acquisition d’un terrain et d’une l’habitation individuelle est supérieur si comparée à une surface identique d’un habitat collectif.
  • L’espace occupé par les lotissements exige l’étalement des infrastructures (eau, électricité), ce qui représente un coût considérable pour la collectivité.
  • Cet étalement urbain est difficilement servi par le réseau de transport collectif existant. Il en résulte une utilisation quasi généralisée de l’automobile, avec ses conséquents problèmes d’embouteillages et de pollution.
  • Les habitants sont isolés les uns des autres, l‘individualisme étant privilégié par ce mode de vie. Les liens sociaux entre habitants du quartier deviennent inexistants et certaines valeurs comme la solidarité, la tolérance et le partage ont tendance à se perdre, malheureusement.
habitat groupé - questionnement face à l'habitat classique

habitat groupé – questionnement face à l’habitat classique

Les défis d’un projet d’habitat groupé

Un projet d’habitat groupé requiert une très grande coopération entre les membres et une bonne conception, ce qui représente un véritable défi. En effet, le projet doit à la fois :

  • Prévoir des espaces communs intérieurs et extérieurs qui permettront la convivialité, sans toutefois compromettre la préservation de l’intimité de chacun.
  • Réduire l’impact écologique de sa construction en incorporant des matériaux locaux ou recyclables et utilisant des énergies renouvelables.
  • Créer un logement avec un bon rapport qualité/prix, à la portée de tous les intervenants.
  • Comprendre et respecter les nécessités individuelles.
Habitat groupé - partage au quotidien

Habitat groupé – partage au quotidien

Intéressés ? Comment vous y prendre ?

Pour connaître les initiatives en cours et les démarches à suivre, contactez votre municipalité, des associations de promotion de l’habitat groupé ou encore des agences comme la VPBA https://www.habitatgroupe.fr/ qui pourront vous orienter et clarifier vos questions.

Lire aussi :  Où acheter des produits d’entretien bio ?

Généralement, un projet type est constitué des 6 étapes suivantes :

  1. Constitution d’un groupe. Il s’agit certainement de la phase cruciale, car il est primordial de se rapprocher de personnes qui partagent votre vision. Ensemble, vous serez autant les gestionnaires que les acteurs du projet commun. Autant bien vous entendre.
  2. Formulation et idéalisation du projet.
  3. Discussion des questions d’ordre juridique et financier.
  4. Choix du terrain d’implantation.
  5. Élaboration et chiffrage du projet.
  6. Construction et suivi de chantier.
Habitat groupé - un projet d'une vie

Habitat groupé – un projet d’une vie

Alors, tentés par l’expérience ? Pourquoi pas, mais à condition de bien vous reconnaître dans toutes les caractéristiques énumérées ci-dessus. Car derrière ce concept idéaliste qui englobe des principes hautement altruistes et louables peuvent apparaître certaines difficultés d’adaptation. Avant tout, posez-vous cette question : avez-vous vraiment le désir de vivre en collectivité ? Informez-vous correctement, pour avancer sereinement dans ce nouveau projet de vie.

Avez-vous osé franchir le pas ? Ou bien êtes-vous en train d’y réfléchir sérieusement ?

N’hésitez pas à nous partager vos expériences et questionnements,

À bientôt,

Bea