Tailler votre vigne est une étape indispensable lorsque vous souhaitez conditionner une bonne fructification, et une récolte conséquente de raisin. Elle n’est certes pas compliquée, mais vous devrez suivre quelques règles pour avoir de belles grappes de raisin. Vous devrez savoir maîtriser certains gestes de bases, mais surtout vous y prendre à la bonne période.

Comment tailler la vigne ? Choisir le bon moment

Parce que le taillage d’un arbre fruitier ne s’improvise pas, vous devrez avoir une bonne connaissance du calendrier jardinier (ou le consulter souvent) pour ne pas vous tromper dans les périodes et vous y prendre au moment propice ; cela est également valable pour la vigne. Nous vous conseillons de vous y prendre deux fois par an : lors de la fructification en été, et après les fortes gelées, à la fin de l’hiver. Ce sera également l’occasion de nourrir l’arbre avec de l’engrais fruitier pour avoir de meilleures récoltes. Si vous vivez dans une région froide, procédez au taillage au printemps, à la fin des fortes gelées, mais pas plus tard. Pour toute autre région, le taillage se fait idéalement de février à mars, car à ce moment-là, la vigne est en repos végétatif. La taille qui se fait en été n’est pas obligatoire, mais fortement conseillée.

Comment s’y prendre pour tailler la vigne ? La marche à suivre

Pour bien tailler votre vigne et obtenir de belles grappes, vous pouvez suivre nos conseils (retrouvez comment tailler un pommier, un poirier, et un abricotier ici.). Pour votre vigne, commencez par éliminer tout le bois mort et les tiges qui poussent à sa base. Ensuite, portez votre attention sur les tiges qui ont pris place durant l’année : coupez-les en veillant à laisser 3 bourgeons minimum par tige. Reconnaître et sélectionner les bons bourgeons jouent un rôle essentiel dans le rendement, car tous les bourgeons ne sont pas pareils, il y a :

  • Les bourgeons fertiles ;
  • Les bourgeons non-fertiles.
Lire aussi :  Comment tailler une haie de lauriers ?

Les bourgeons fertiles seront ceux qui ont poussé durant la dernière année sur le bois nouveau, tandis que les bourgeons non-fertiles sont ceux ayant poussé sur le vieux bois. Ces tiges seront les plus fertiles de l’arbre. Ne coupez surtout pas la totalité de la tige, auquel cas vous n’aurez pas de récolte. Au fil du temps, vous finirez par éliminer tout le bois vieux et mort pour ne laisser que les nouvelles pousses.