La voiture électrique, considérée comme le véhicule de demain, commence à submerger le marché automobile en Europe. Son argument principal de vente repose principalement sur sa propriété écologique. Véhicule considéré vert, il possède des atouts que les voitures classiques ne disposent pas. Pourtant, cet argument est de plus en plus contredit par les mouvements écologiques. Découvrez toutes les facettes de ce véhicule.

Qu’est-ce qu’une voiture électrique ?

À titre de rappel, la voiture électrique est une automobile qui possède un mécanisme lui permettant de rouler sans carburant. Contrairement aux voitures traditionnelles dites thermiques, elle est pourvue d’un moteur électrique générant de l’énergie pour pouvoir se déplacer. Réputée plus écologique que les automobiles qui utilisent l’essence ou le diesel, son moteur peut être alimenté par une batterie d’accumulateurs qui se branchent sur des bornes spécifiques. Cette batterie électrique est la plus utilisée à cause de son efficacité, mais il existe aussi d’autres alternatives comme la pile à hydrogène ou l’utilisation des panneaux solaires qui génèrent de l’électricité pour faire avancer le véhicule.

Son aspect écologique

La caractéristique principale d’une voiture électrique qui saute aux yeux, c’est l’absence d’un pot d’échappement. Les voitures thermiques dotées de pot d’échappement dégagent du dioxyde de carbone qui est l’un des principaux gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. En effet, les voitures électriques ne dégagent pas directement du gaz nocif comme son homologue. Et en plus, à court terme, elle ne consomme ni essence ni gasoil qui sont dérivés d’énergie fossile non renouvelable et dont la combustion pollue l’environnement.

Lire aussi :  Les différentes façons de tailler un abricotier

Ses dégâts environnementaux cachés

La voiture électrique est certes un véhicule qui limite l’utilisation de carburant et l’émission de dioxyde de carbone. Pourtant, elle cache aussi des façades qui ternissent l’image de son aspect écologique. Notamment, quand elle roule sans bruit, la voiture électrique semble gagner la première place du podium pour la protection de l’environnement. Cependant, il faut penser à la production de la voiture électrique. Le bilan carbone s’alourdit brusquement lorsqu’on recharge la batterie. Pour fournir l’électricité indispensable à cette automobile, il faut souvent puiser dans des combustibles fossiles par l’installation des centrales à charbon fortement responsable des gaz à effet de serre. Sinon, on produit l’énergie électrique par des centrales nucléaires génératrices de déchets nocifs.

Pour une autonomie respectable, le matériau préféré des constructeurs de batteries est le lithium. D’autres métaux lourds sont également utilisés. Par leur extraction et leur raffinage, on dépense une quantité impressionnante d’eau et de produits chimiques provoquant des maladies graves pour les populations locales. Entre autres, pour atteindre sa forme finale, on prépare les batteries dans des fours à très haute température provoquant une consommation d’énergie considérable.

Conclusion

En conclusion, la voiture électrique est écologique par rapport à la voiture thermique si on ne prend en compte que son utilisation. Elle n’émet que très peu de gaz toxiques, voire aucun gaz si vous conduisez peu uniquement. Sur un autre point de vue, la production de l’énergie électrique elle-même est responsable de lourds dégâts environnementaux. À cela s’ajoute l’étape de fabrication de sa batterie épuisant les ressources environnementales. La catégorisation de la voiture électrique en écologique ou non dépend donc de chaque individu.

Lire aussi :  Quelle saison choisir pour tailler un figuier ?