On peut être très vite perdu quand on souhaite améliorer sa consommation. Plusieurs notions ont fait leur apparition ces dernières décennies, sans qu’il soit forcément évident de les différencier. La tendance du bio fait assurément partie de ces concepts qui vous interrogent.

De nos jours, beaucoup de consommateurs se dirigent vers la nourriture biologique, qui est devenue la solution idéale pour nos modes de vie contemporains. Il est aujourd’hui très difficile de se nourrir sainement, puisque l’on nous propose essentiellement du matériel manufacturé, à base de produits modifiés. On vous propose donc ici de découvrir ce dont il s’agit en réalité quand on évoque la mode du bio.

La mode du bio du point de vue des Français

La consommation des produits bio est au centre du changement alimentaire et de la nouvelle manière de consommation des Français. L’enquête effectuée par les experts le confirme, produire et consommer du bio est aujourd’hui devenu une évidence aux yeux des Français, qui sont près de 9 consommateurs de produits biologiques sur 10 à le faire en 2019 !

Si les moins de 35 ans sont les moteurs de cette consommation, le souhait du bio est cependant réparti sur toutes les catégories de générations, aux motivations et aux comportements plus ou moins marqués en termes d’achats.

Chez les jeunes, davantage sensibles aux problématiques liées à l’éthique et aux enjeux écologiques, la consommation du bio est quasiment devenue un geste de revendication. Pour les personnes de plus de cinquante ans, le geste d’achat devient plutôt citoyen.

Lire aussi :  Quels sont les avantages de l'alimentation bio en France ?

Si ces derniers sont notamment sensibles à la bonne qualité des produits, ils se montrent aussi de plus en plus vigilants quant au bon respect des périodes de l’année et aux produits locaux. Cette enquête dévoile également une évolution des habitudes alimentaires, avec une véritable volonté de consommer autrement.

Dans cette révolution des usages, figurent évidemment le bio, mais aussi le respect du gaspillage des aliments, ainsi que la limitation des conditionnements et la valorisation des agriculteurs. Les consommateurs attendent par ailleurs de leurs artisans, une proposition bio locale.

Ils souhaitent de mieux en mieux des espaces de vente à échelle humaine, à proximité de leur domicile, avec un rapport immédiat au producteur ou au transformateur.

Les avantages qu’offre la mode du bio

Quand on parle de la mode du bio, on ne peut passer sans soulever ces quelques points essentiels :

  • La mode biologique a pour premier avantage de préserver la nature. L’eau et la terre ne sont en effet pas contaminées par les cultures biologiques. En outre, en matière de mode biologique, toute la filière de production est chargée de sélectionner des moyens non-toxiques ;

  • En plus de contribuer à la protection de la nature, la mode bio profite aux personnes et aux familles qui les portent. Effectivement, des fibres biologiques sont davantage à même de respecter les peaux, ce qui permet de réduire considérablement les risques de réactions allergiques ;

  • Par ailleurs, on apprécie tout particulièrement le coton organique pour sa souplesse et pour le fait notamment qu’il laisse respirer la peau ;

Lire aussi :  Pourquoi préférer les boissons maison

La mode bio propose de multiples atouts, mais sa principale faille réside dans son coût. En effet, le fait de fabriquer de façon naturelle revient souvent davantage, ce qui est reflété dans les prix de vente.

Mais nous revenons toujours à la question de connaître le juste coût pour la nature, pour notre propre santé et celle des personnes qui exploitent les matières naturelles. Toutefois, quelques magasins de mode accélérée offrent des habits à base de coton organique à des tarifs comparables à celui des vêtements à base de coton traditionnel.

Nous ne croyons cependant pas que cette option soit la plus avantageuse, étant donné que cette pratique se rapproche beaucoup du greenwashing. Nous touchons là à une des limites du bio, puisqu’il n’est pas obligatoirement synonyme d’éthique.