Avez-vous un rendement faible ou des produits de mauvaise qualité dans votre potager ? Le compost est surement ce dont vous avez besoin. Cet engrais naturel, placé dans de bonnes mains, fait des miracles dans votre jardin. Découvrez les bienfaits de l’utilisation du compost pour vos cultures. Et en plus, il est facile à créer.

Pourquoi faire un compost ?

Pour une meilleure qualité du sol

Le compost aide à améliorer la structure du sol en retenant mieux l’eau et les substances nutritives. C’est grâce à l’utilisation des matières organiques apportées par le jardinier que les micro-organismes assurent une meilleure vie à votre sol. Du coup, il favorise aussi le développement de vos végétaux.

Pour des raisons d’ordre écologique

Le compostage vise à recycler vos déchets organiques. Les ordures ménagères, laissées sans contrôle, produisent du biogaz responsable de l’effet de serre, mais aussi du lixiviat qui peut contaminer les eaux souterraines. Composter revient à transformer près de la moitié de vos déchets ménagers en matière utilisable et limiter la propagation de la pollution.

Comment faire un compost ?

Si vous n’avez pas d’expérience en la matière, le plus simple est de démarrer avec un compost en kit, déjà prêt à l’emploi. Il vous suffit de monter votre composteur. Sinon, vous pouvez aussi construire votre propre composteur avec des planches ou en creusant le sol.

Pour l’emplacement, évitez le soleil qui peut dessécher rapidement l’engrais. Choisissez un coin ombragé et facile d’accès pour la distribution du compost.

Sur une surface plane, superposez et intercalez des couches de matières organiques. Les couches vertes, sources d’eau et d’azote, représentent un tiers du mélange. Elles sont plus souvent constituées de restes de fruits et de légumes. Tandis que le carbone est apporté par les couches brunes, des brindilles par exemple, et représente les deux tiers du mélange.

Lire aussi :  Comment semer la coriandre ?

Il faut également penser à bien :

  • Aérer votre compost : c’est grâce à la présence d’oxygène que les bactéries dégradent les matières organiques. Pour cela, mélanger votre tas tous les 4 à 6 semaines.
  • Humidifier le compost : ni trop peu, pour éviter la mort des bactéries, ni trop, car la quantité d’eau pourrait occuper l’espace nécessaire à l’air.

Après le processus de décomposition, votre compost sera utilisable au bout de 6 à 12 mois.

Comment utiliser son compost ?

Après 6 à 8 mois, si vous distinguez encore les matières que vous avez utilisées, le compost est dit jeune. Généralement, le compost atteint sa maturité au bout du 10e mois, quand le mélange devient homogène.

D’une épaisseur entre 3 à 5 cm, le compost jeune s’utilise en paillage sur la terre pour protéger les cultures des mauvaises herbes, du froid ou du soleil.

Le compost mûr est plus souvent utilisé pour l’amendement du sol. La quantité à répandre varie selon la culture. À titre d’exemple, comptez 2 litres/m² pour l’ail et 4 litres/m² pour les carottes. Le compost sera ensuite intégré dans le sol à une profondeur ne dépassant pas les 5 à 15 cm, pour les semis et les repiquages.