À l’heure où la sensibilisation à l’environnement gagne du terrain, de plus en plus d’entreprises tamponnent leurs produits de labels éthiques. Aujourd’hui, l’augmentation de l’offre et l’afflux de publicités rend difficile de choisir les produits qui s’engagent vraiment à la cause. Heureusement, les vrais labels éthiques se distinguent par leur transparence et cet article a pour but de vous aider à les reconnaître.

Les labels éthiques : définition et principes

L’idée des labels éthiques, labels écologiques ou encore écolabels a vu le jour durant le XXe siècle, période où la déforestation dans les pays industrialisés devenait inquiétante. Certains entrepreneurs se sont lancé un défi de replanter tout ce qu’ils coupaient, réunissant leur résolution sous le nom de ATFS.

Le siècle suivant, la définition du mot a pris un autre tournant. Aujourd’hui, le label éthique est une sorte de logo, dont la présence sur tel ou tel produit certifie que ce dernier adhère à certaines normes. Ces normes diffèrent d’un logo à un autre et donc d’un écolabel à un autre. Il existe ainsi des labels éthiques pour chaque aspect de la vie et le sens du mot ne se limite plus aux produits d’origine forestière.

L’intérêt des labels éthiques

Conscients que le consommateur n’a pas les moyens de vérifier l’authenticité de tous les produits qu’il consomme, les labels éthiques s’engagent à faire ce travail pour lui. Ils garantissent par la présence de leurs logos la transparence de tel ou tel produit, permettant ainsi au client d’inclure ses propres préférences dans son choix.

Un label éthique sert donc le consommateur, mais aussi l’entreprise à laquelle il est octroyé. Pour cette dernière, il confère un avantage de crédibilité et donc de notoriété par rapport à sa concurrence. Aux yeux des clients, la présence d’un écolabel témoigne de la volonté de l’entreprise, une volonté qui s’étend au-delà de la relation vendeur-consommateur. Une entreprise qui s’engage à se vêtir d’un écolabel crédible, c’est une entreprise qui pense à son client. C’est aussi une entreprise qui se soucie de sa réputation, sachant que ledit label peut lui être à tout moment retiré si ses normes de production dévient du chemin.

Lire aussi :  Point sur l’emprise de l’industrie sur le bio

Les différents labels éthiques

Pour la nourriture

Dans le cas de la nourriture, le label éthique certifie que tel ou tel produit est pour la plupart organique. Il peut même garantir les conditions dans lesquelles ce produit a été préparé, voire même certifier que la culture de tel ou tel légume adhère aux normes mondiales du respect de l’environnement.

Pour les vêtements

Là encore, les logos éthiques octroyés aux vêtements garantissent que ces derniers sont confectionnés par des matières biologiques. Dans ce sens, une marque de vêtements qui ne respecte pas les normes bio responsables de production est privée d’écolabels, ce qui retentit sur sa crédibilité. Il n’est donc pas étonnant que les entreprises internationales, même celles en tête du marché, fassent tout pour l’avoir.

Pour les produits industriels

Si un shampoing comporte le nom ou le logo d’un écolabel, bien sûr pas n’importe lequel, c’est que la production de ce shampoing respecte les normes de l’environnement et que la quantité de composés chimiques qu’il contient est significativement réduite. Cela est valable pour les autres produits industriels également.

Pour les meubles

L’écolabel sur un meuble garantit non seulement le cycle naturel de production de celui-ci, mais aussi sa durabilité. Cela a pour but de réduire la surproduction et donc l’épuisement des réserves naturelles.

Pour l’élevage des animaux

Conscients du droit de tout être à une vie décente, les labels éthiques d’élevage suivent les industries de ce domaine de très près, afin d’assurer le bon traitement des animaux destinés à la consommation. D’autres écolabels, comme PETA, garantissent que tel ou tel produit est dénué de matière animale.

Lire aussi :  Présentation et origine du label Bio

Pour la production nationale

Certains labels visent à améliorer l’économie locale du pays. Le label OFG, par exemple, certifie que la confection du dit produit s’est déroulée pour la plus grande partie en France.

Oxfam, le label éthique

Actuellement, il existe plusieurs labels éthiques qui prétendent vouloir réduire leur impact sur la nature. Certains sont plus crédibles que d’autres qui, pour certains, ont dû avouer l’absence de leur engagement envers l’environnement.

Pour clôturer cet article, nous avons choisi de vous présenter Oxfam, une organisation qui a fait ses preuves dans plus d’une soixantaine de pays à travers le monde. Plus qu’une association, Oxfam vise à éradiquer la pauvreté, non pas par la charité, mais en favorisant la production traditionnelle et artisanale. Oxfam enseigne aux artisans défavorisés les valeurs du respect de l’environnement et les aide à cultiver leurs terres et gérer leurs ressources de façon à proposer des produits écoresponsables. Oxfam pense à l’environnement et met la pression sur les multinationales afin de cesser leur exploitation des terres et des enfants.

Oxfam rêve d’un monde où l’égalité est unanime et elle agit pour réaliser ce rêve. Plus qu’un label écologique, Oxfam est un label équitable.