Quand on veut le meilleur pour soi et ses proches, le bio apparaît comme une solution de plus en plus adéquate. Mais l’importante commercialisation de cosmétiques bio a de quoi faire perdre la tête. Pour y voir plus clair, on vous explique ce qui se cache vraiment derrière cette appellation de « cosmétiques bio ».

Qu’est-ce qu’un produit bio ?

Le bio répond à un ensemble de critères qui assurent sa qualité. En effet, l’appellation bio signifie que la marque s’engage aux respects de plusieurs conditions. Ainsi, à la différence d’un article conventionnel, un produit bio se compose d’ingrédients issus de l’agriculture biologique et veut respecter l’environnement ainsi que la santé humaine.

Les engagements d’un cosmétique bio

Respect de l’être humain

C’est un axe primordial dans la fabrication d’un cosmétique bio : la santé des utilisateurs. Plusieurs ingrédients déclarés nocifs sont ainsi interdits dans leurs fabrications, comme le parabène, les sulfates ou certains perturbateurs endocriniens.

De plus, les colorants ou parfums de synthèses, communément utilisés dans les cosmétiques conventionnels, sont ici remplacés par des extraits de plantes ainsi que des huiles essentielles ou végétales. C’est plus doux pour la peau et cela apporte de surcroît des odeurs et couleurs naturelles.

Respect de l’environnement

Un cosmétique bio, c’est également un gage puissant d’engagement envers la nature. L’obtention des ingrédients est au maximum issue de l’agriculture biologique qui suit des normes rigoureuses de production. L’utilisation d’engrais de synthèses, d’OGM ou de pesticides, par exemple, est interdite. De plus, l’utilisation de composés d’origines animales, exception faite pour ceux produits naturellement comme le miel ou le lait, est interdite. Tout comme les tests sur les animaux.

Lire aussi :  Shampoings solides : top ou flop ?

Ensuite, l’enjeu du bio est une réduction de l’impact du produit et de sa production sur la planète. Dans ce sens, l’emballage doit être recyclable ou biodégradable et les méthodes de production doivent respecter l’environnement.  Le processus de fabrication et la commercialisation du cosmétique doivent s’intégrer dans une démarche non polluante et respectueuse de l’environnement. L’entreprise doit enfin adhérer à une politique de gestion écologique de son énergie et de ses déchets.

Bio et labels, quel est le lien ?

La présence d’un label bio sur le produit est une manière facile de s’assurer de sa qualité. En effet, le label témoigne que tous les critères énoncés précédemment sont respectés. Chaque label se base sur sa propre charte, très stricte, pour le respect des différentes catégories. Cherchez par exemple les logos de Ecocert, Cosmebio, Nature et Progrès ou encore Cosmos sur vos produits.

Parfois, certaines marques respectent toutes les normes sanitaires et écologiques, mais n’affichent pas de label. La certification peut en effet être coûteuse pour certains groupes. Leurs cosmétiques n’en restent pas moins de très bonne qualité. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à se renseigner sur l’entreprise et étudier scrupuleusement la liste des ingrédients.

Différence entre bio et naturel

Pour terminer, attention à bien différencier « bio » et « naturel ». Un cosmétique 100 % naturel signifie l’absence de traitement chimique et que les ingrédients sont issus de la nature. Pour autant, il ne sera pas nécessairement bio.