Vous avez sûrement remarqué, au petit écran ou sur les étagères du supermarché, la présence de produits marqués par des insignes un peu spéciaux. La notoriété des produits biologiques augmente et la curiosité à propos des labels qui les marquent aussi. Qu’est-ce que c’est qu’un label bio ?

De quand cette labellisation date-elle ? Pourquoi est-elle apparue ? En 2020, quelles sont les règles auxquelles un produit labellisé doit répondre ? Dans cet article, nous avons réalisé une présentation exhaustive à propos du label Bio, afin que vous puissiez avoir toutes les informations sur ce sujet.

Label Bio : définition et origines

Définition du label bio

De façon simplifiée, le label Bio, label d’agriculture biologique ou encore écolabel Bio, est une sorte de distinction qu’une organisation octroie à un produit qui adhère aux normes législatives de l’agriculture biologique. Cette distinction prend souvent la forme d’un insigne ou d’un logo, marquant tout produit en partie ou totalement biologique. De ce fait, tout agriculteur ou société peut faire labelliser son produit, à condition de s’engager à suivre un cahier de charges spécifique d’agriculture biologique.

Voici un exemple de labels bio

Voici un exemple de labels bio

Histoire du label bio

Ce mouvement est né au tout début du XXe siècle, époque où l’agriculture chimique gagnait du terrain. L’apparition de l’agriculture biologique a eu pour but de s’opposer aux méthodes industrielles comme les insecticides, en offrant d’autres alternatives aux agriculteurs. Le mouvement bio cherche à prouver que le conditionnement du sol et sa fertilisation est aussi possible grâce à des méthodes biologiques comme le composte et les engrais naturels.

Lire aussi :  Point sur l'émergence des supermarchés bio

Pour encourager les agriculteurs à se joindre au mouvement, il a fallu créer distinguer les produits d’agriculture biologique des autres produits industrialisés. L’an 1927 a témoigné de la naissance   du premier label bio : Demeter. Quelques années plus tard, d’autres labels d’agriculture biologique ont vu le jour.

Label Bio - Garant de bons produits?

Label Bio – Garant de bons produits?

Les différents labels Bio

Aujourd’hui, il existe plusieurs labels bio répartis dans le monde. Les principes qui régissent les écolabels Bio sont les mêmes, bien qu’il persiste certaines différences propres à chaque pays. En France, quatre labels prédominent sur le marché d’agriculture biologique : le label AB, Nature & Progrès, Bio Cohérence, et Demeter.

Le plus connu : le label AB

Le label AB français a vu le jour en 1985. Il est actuellement l’écolabel public le plus répandu en France, distingué par son logo « AB » vert qui signifie littéralement « Agriculture Biologique ». Néanmoins, le label français a dû se plier au fil des années aux normes européennes et est désormais sous la juridiction du label bio européen ou « Eurofeuille ». Ce dernier faisant fi des traces accidentelles d’OGM, la marque AB s’est vue contrainte à faire la même chose. Toutefois, le label AB garde une certaine autonomie, notamment son propre logo.

Vous achetez des produits Bio?

Vous achetez des produits Bio?

Le plus ancien : Demeter

Comme cité précédemment, le premier label Bio créé est celui de Demeter en 1927, en réponse à l’envahissement du secteur de l’agriculture par la chimie de synthèse et ses produits. Cette organisation, aujourd’hui internationale, a vu le jour sous la tutelle de Erhard Bartsch. D’autres responsables lui ont succédé, régissant par la suite les règles du label Demeter. À l’époque, toute structure désirant être marquée par le label devait subir un contrôle régulier de leurs lieux en plus de répondre au cahier de charges du label. À ceci s’ajoute actuellement la nécessité de suivre les critères de l’Eurofeuille, label bio commun des pays de l’Europe.  Aujourd’hui, près de 8000 produits sont labellisés par la marque Demeter dans près de 60 pays.

Lire aussi :  Comment consommer de manière éthique ?

L’indépendant : Nature & Progrès

Nature & progrès est l’un des premiers labels à voir le jour. Cette structure privée date de l’an 1964 et suit des lois plus strictes que celles d’Eurofeuille. Par exemple, les traces d’OGM, même accidentelles, sont interdites. Son impact historique sur l’agriculture biologique reste louable, notamment en France et en Belgique.

Alors, vous en pensez quoi ?

Alors, vous en pensez quoi ?

L’associatif : Bio Cohérence

Là aussi, Bio Cohérence est un label indépendant, quoique associatif. Il a été créé en réponse à Eurofeuille, dont les normes sont considérées « laxistes » par l’association. Ainsi, Bio Cohérence a son propre cahier de charges privées et n’autorise ni traces d’OGM ni mélange bio/non bio.

Loi et labels Bio : les règles de labellisation d’un produit

De façon globale, les mêmes lois régissent le domaine de l’agriculture biologique, à des degrés différents. Il est tout de même intéressant de préciser que toutes les structures européennes, quel que soit le label qu’ils décident de choisir, doivent obligatoirement suivre le cahier de charges d’Eurofeuille, le label bio européen.

Pour qu’un produit soit labellisé biologique, il est nécessaire de passer par ces étapes au moins :

  • Contacter une organisation de certification : le leader du marché est le ECOCERT.
  • Cette organisation privée va par la suite effectuer une visite initiale d’inspection
  • Si le produit est accepté, des visites de contrôle seront programmées tous les six mois
  • La structure productrice devra ensuite attendre validation
  • Pour les structures à capital limité, il est possible de bénéficier d’aides de l’état afin de poursuivre leur chemin dans l’agriculture biologique.
Lire aussi :  Point sur l'émergence des supermarchés bio

Et vous? Vous êtes sensibles à la présence d’un label bio pour vos produits?

Gwen